Le cri de la plante verte

Création 2020
Genre : clown et tragédie dans une forêt
 
 

Ce n'est pas un spectacle sur la biodiversité,
 ni sur la nature en général.
On est dans la symbolique
N d. A
Pour tout public

Conception et interprétation : Gaëlle Levallois
Mise en scène :  Sigrid Bordier
Scénographie : Sarah Malan
Création lumière : Serena Andreasi
Production, diffusion, développement des actions culturelles : Charline Alexandre
Développement de la création sonore : Nicolas Poirier 
Regards précieux sur le théâtre d'objet Fred Ladoué de la Cie Volpinex et Hélène Dedryvère de la Cie Figure Libre

Une histoire racontée pour la première fois à Lou Ségol 



Ce n'est pas parce que l'on parle de plante verte, que l'on parle de biodiversité. Ce n'est pas parce que l'on parle de choses tristes qu'il faut montrer des choses moches. Ou tristes. 

C'est un conte, qui se passe évidemment dans une forêt, avec évidemment une conteuse, qui aurait voulu être mystérieuse et magnétique (comme Fanny Ardant).

Elle sait qu'incarner un personnage, c'est comme enfiler une moufle : l'important c'est de ne pas se tromper de sens. 

Théâtreuse illuminée aux élans déjantés, cette conteuse malhabile voudrait raconter l’histoire de ce « petit garçon » qui parvient à sortir de sa maison, avec une folie généreuse et sans complexe. Clowneries et fête foraine, ajoutez quelques personnages inquiétants, voici une épopée initiatique.








 
 

Gaëlle Levallois aime David Lynch, Claude Ponti, Roland Topor, Lewis Carroll et les clowns. Elle adore les symboles et le théâtre d'objet. Quand on peut lire mille choses en une et une chose en mille. On a parfois beaucoup d'imagination quand on a été confronté à une grande timidité. C'est le point de départ de ce spectacle.

Ce spectacle, c'est l'histoire d'une conteuse qui a écrit l’histoire d’un enfant enfermé dans sa maison, symbole de l’impossibilité de communiquer avec autrui, qui va se confronter à ses peurs. Par pudeur, prétention artistique et goût esthétique, cette histoire simple se complique de plus en plus et ce qu'elle voulait être un pont entre elle et le public va provoquer une désespérante incompréhension.


Mis en scène et co-écrit par la clowne Sigrid Bordier, du Bestiaire à Pampille, avec une scénographie ingénieuse de Sarah Malan, voici un spectacle décalé, beau, drôle et fou.


« Gaëlle Levallois livre un solo délirant et désopilant.(..) Comme les jeux de langage, ce décor à surprises fait rayonner le désir de la conteuse : celui de raconter une histoire, coûte que coûte, de braver ses propres interdits. Une grande et belle performance qui provoque de ces rires restant en bouche et en mémoire. »

Lucie Dumas, Le clou dans la planche (février 2020)


« D’emblée tout est fait pour que nous puissions nous amuser beaucoup de cette conteuse. Elle vient difficilement à bout de son histoire, se prend les pieds dans le tapis des mots, incarne des personnages aux allures de sorcières, des animaux – une vache en mal de rôle de princesse, un crocodile libidineux. Au fil du récit, elle invente une dramaturgie désopilante (et savante !). Mais très vite on comprend que le rire pourrait bien une fois encore masquer – à peine ! – des épreuves, des douleurs… Laissons au spectateur sa libre interprétation du " cri de la plante verte". »

Claude Fèvre | 26 juin 2020 | Chanter c'est lancer des balles 


 
 


 Résidences de création

 La Gabarre, Tonneins (47 – Lot et Garonne )
 Théâtre le Majorat, Villeneuve Tolosane (31) 
 La Grainerie (31)
 St Gaudens (31)
 La Carrosserie Mesnier (38)
 La Kreche, Maugio ( 34 – Hérault) 

 Ax Animation (09)
 Centre Culturel François Mitterand , St-Alban (31)
 Centre culturel Henri Desbals, Toulouse (31)
 
 Création au théâtre du Grand Rond à Toulouse du 25 au 29 février 2020 ( ouf !)


Soutiens

Le Cri de la plante verte est en coproduction avec le théâtre du Grand Rond.


Cette création est également soutenue par la Région Occitanie, le département de la Haute-Garonne et la mairie de Toulouse. 
Aide à la résidence par le Théâtre La Carrosserie Mesnier, Saint-Amand-Montrond (18), dans le cadre de l’Atelier de Fabrique Artistique du Cher, soutenu par la DRAC Centre-Val de Loire.


Création avec le soutien de la mairie de St-Gaudens (31), Ax Animation (09), la mairie de Tonneins (47), la Grainerie (31)